Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il est 21h30, heure locale, à Tinghir et les minarets tout autour lancent leur appel à la prière.

Je suis si bien habituée à ce cadre auditif que je n'y fais plus attention, il finit par manquer quand on ne l'entend plus.

La nuit est là depuis un bon moment, on entend encore quelques enfants jouer, un bébé pleurer, des klaxons lointains, des hommes parler, des bruits de seaux d'eau. Les pas sur la rue de terre battue laisse des traces sonores, comme ces babouches ou tong qui trainent un peu.

Toutes les fenêtres sont ouvertes car il fait chaud. On cherche le petit souffle d'air qui viendra vous donner l'impression le temps d'un court moment qu'il fait frais.

L'air est très sec, les narines sont presque collées et la bouche réclame de l'eau.

Ce soir, je me suis passée de l'eau sur le corps avant de passer mon vêtement de nuit, je ne me suis pas séchée pour profiter du petit frisson bien vite oublié car dès que j'ai passé le vêtement, j'ai ressenti sa chaleur.

Aujourd'hui le vent a soufflé dans l'après-midi, venant du sud, augmentant la sensation de chaleur et surtout, il y a eu des nuages, ils ne portent pas la pluie, seulement une sensation de pesanteur.

On rentre à la maison un peu après 11h00 le matin si l'on ne veut pas trop souffrir de la chaleur et l'on ne sort pas avant 17h en prenant la précaution de ne pas marcher au soleil, de se couvrir la tête et d'avoir un peu d'eau avec soi au cas où.

Je ne souffre pas de cette chaleur. C'est un peu plus difficile pour dormir, c'est bon.

A bientôt pour la suite.

Denise

A voir un épisode de l'histoire de Tinghir et sa région : de Tinghir à Jérusalem, reportage sur la migration de la population juive durant les années 50 à 60 vers Israël. On y voit des images de la région.

Chronique de voyage - Tinghir
Tag(s) : #tourisme

Partager cet article

Repost 0