Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Poursuivons donc nos propos sur la philosophie du nomade. relire Volet2, volet1

Ses conditions et son cadre de vie l'amènent à s'approcher d'un mysticisme "imprégné du pouvoir révélateur de la contemplation et de la béatitude". Dieu tient souvent une grande place dans ce contexte.
Bien des observateurs ont pu noter que le désert a cette aptitude à rendre ses habitants simples et fiers.
Tout se passe comme si la grandeur et la nudité du Sahara (qui signifie désert en arabe) entraient directement en communication avec le coeur des humains, comme une musique.
D'ailleurs la musique fait un tout avec le nomade, ainsi que la poésie. Il n'y a de nomade sans musique et pas de musique sans la poésie.
La poésie a toujours libéré l'homme de ses angoisses et la musique accompagné les émotions.

Mohammed Boughdadi écrit  encore : " Le nomade ne conquiert pas son bonheur, Dieu le lui donne ou le lui refuse. S'il ne trouve pas sa félicité et sa béatitude là où il vit, c'est que sa destinée mystérieuse et son lendemain secret l'attendent ailleurs. "Plies ta tente et mets toi en marche ; le bonheur t'attend ailleurs". Comme le corps, l'âme devient nomade, magnifiée et poétique."
Dans le vie courante et quotidienne, cela se traduit par le déplacement du troupeau de dromadaires, aller chercher un travail plus loin par exemple. Et puis on invoque facilement le "maktoub" que d'aucun pourraient nommer destin, ceci permet aussi de supporter des épreuves difficiles et d'espérer des jours meilleurs.
Alors, si tout va bien (on peut le dire aussi "Inchallah"), à très bientôt.
Bises de la nomadine

Tag(s) : #désert

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :