Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Giufa en Sicile, Guha dans le monde arabe, Hoca chez les turcs, c'est le même personnage un peu partout....
Tantôt sage, tantôt idiot du village, je vous propose aujourd'hui de méditer sur cette histoire intitulée "Le prince poète" :
"Il était une fois un prince qui se targuait d'être un grand poète. D'aucuns le flattèrent et lui firent tant d'éloges qu'il finit par se croire le prince des poètes.
Un jour, au terme de la lecture d'une de ses poésies, Guhâ gardait le silence tandis que les habituels flagorneurs commençaient à pérorer sur l'excellence de telle figure de style ou l'élégance de la versification. Le prince demanda alors à Guhâ :
- Peut-être que ma poésie ne te plaît pas ? Elle ne te semble pas éloquente ?
- Elle n'a pas même un semblant d'éloquence ! répondit Guhâ.
Les courtisans se levèrent indignés et exhortèrent le prince à jeter Guhâ en prison. Et c'est ainsi qu'il passa tout un mois sous les verrous.
En une autre circonstance, le prince déclama une nouvelle poésie. Guhâ était dans l'assistance. Et, la lecture terminée, il tentait de filer en douce quand le prince l'aperçut et lui dit :
- Hé, toi là-bas, où vas-tu?
Et Guhâ de répondre d'un air angélique :
- En prison, Sire !"

Histoire à méditer... Certains concluront "toute vérité n'est pas bonne à dire", d'autre continueront à à assumer leurs pensées et propos... Les courtisans, il y en a à toute époque, et en tous lieux...
A bientôt peut-être...
La nomadine
                                                   Citation issuse de "les histoires de Giufà" aux éditions La fosse aux ours
                                      Photo, Denise Sauzon, prise pendant un festival des traditions nomades
Tag(s) : #culture

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :