Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je continue dans mes notes de lecture... du Voyage à Tombouctou de René Caillé (La découverte/poche).

Parmi ses observations, René Caillé rapporte ce qui concerne la maladie et les soins qui correspondent. Il est utile de rappeler que nous sommes au début du XIXe siècle au Sénégal. que l'espérance de vie à la naissance à l'heure actuelle est à moins de 60 ans et qu'elle s'est considérable améliorée depuis le cette époque... Donc, relativisons...

 circuit_67.jpg

"J'ai remarqué que les Maures en général ne sont pas sujets à de graves maladies, ce qu'ils doivent sans doute à leur grande sobriété, mais ils sont très sensibles aux souffrances ; le moindre mal les accable. Un homme, pour un léger mal de tête, se plaint comme un enfant. Voici les remèdes dont l'usage est le plus répandu parmi eux. [...]Lorsqu'ils ont mal à la tête, ils se la serrent avec un bandeau, le plus fortement qu'ils peuvent. Pour le rhume ils s'introcuisent du beurre au fond du nez [...]

Quand ils ont des maux d'estomac, ils font une tisane composée d'un demi verre d'urine de chameau, mêmée de deux bouteilles d'eau. l'écorce de mimosa brûlée et réduite en poudre sert pour toute sorte de coupures, brûlures, contusions, etc. "

Ne connaissez vous pas, vous aussi des hommes ne supportant pas la douleur ? N'y voyons aucune médisance...

René Caillé poursuit son récit en citant d'autres remèdes utilisés à cette époque, en passant par le zizyphus lotus, la gomme, la feuille de bauhinia (variété d'arbre à orchidée) la pierre de lahméré (sans doute une variété d'argile rouge ou kassul.

Il y a bien sûr parmi les médicaments le jeûne (hormis le lait), et la viande pour la convalescence.

Si vous êtes tenté par la tisane, faites moi signe, je demanderai à un chamelier d'en consrver... pour vous en ramener...

A bientôt

denise

 

 

 

 

Tag(s) : #culture

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :