Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'épisode décrit précédemment (du Yemen au désert) se poursuit inéluctablement : les populations de l'Yemen continuent à croire et donc des groupes à partir dans le désert, à chasser les groupes déjà installés pour se mettre à leur place et ainsi de suite...
C'est ainsi que les peuples occupant au départ les oasis du désert d'Arabie se voient chassés à leur tour.
Mais écoutons plutôt Benoîts-Méchin :
" A bien plus forte raison ce décor devaidrom.jpgt-il marquer de son empreinte les tribus errantes, amenées à y vivre pendant des siècles. Une fois sorties de leur Yemen natal, elles perdaient rapidement le souvenir de leurs origines. tout ce qui n'était pas le désert s'effaçait de leur mémoire; Elles ne se connaissaient bientôt plus d'autre patrie que lui.
Alors commençait, sur les âmes et sur les corps, un lent travail de façonnement qui faisait de ces agriculteurs médiocres, des guerriers  incomparables. Les ressources du désert étaient si maigres, les tribus si nombreuses et la volonté de vivre si passionnée, que l'existence y devenait l'enjeu d'une compétition impitoyable. dans cette fournaise où rien ne s'obtenait que par violence ou par ruse, l'avenir appartenait au plus apte et au plus vigoureux. Par la force des choses, la vie nomade finissait par s'organiser suivant une échelle de valeur au sommet de laquelle se trouvait la "muruwa", terme qui signifie à la fois l'honneur et la virilité. L'homme qui possédait la "muruwa" à un degré éminent était reconnu pour chef, car il était plus capable qu'un autre d'assurer la pérennité de son clan. La vigueur de ses reins compensait les ravages d'une mortalité effrayante. La vigueur de son bras frayait à ses compagnons l'accès des points d'eau. Une tribu sans "muruwa" était condamnée à disparaître, soit qu'elle pérît d'inanition, s'éteignît sans descendance ou - pis encore - fût réduite en esclavage par une tribu plus combative;"

"In Ibn seoud ou la naissance d'un royaume" 1955 chez Albin Michel
Photo : Denise Sauzon, festival international des nomades, mars 2009.

Tag(s) : #désert

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :