Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"On a souvent chanté les beautés du désert et les touristes, protégés par des guides pourvus de matériel et de tentes, voyageant au cours de la saison la plus agréable, en ont été les prophètes : ils ont l'illusion de la solitude et de tous les dangers sans courir de vrais risques.
Si le nomade sait comment lutter contre la chaleur et le froid, le manque d'eau et les flots débordants de l'oued, s'il a l'expérience nécessaire pour se protéger des vents de sable et des tornades, il doit toutefois affronter les excès du désert." 

Dans cet article signé Edmond et Caroline Bernus, dans "l'homme et le milieu" publié dans "Le livre des désert", on nous rapporte le témoignage de T.E. Lawrence : "Il faisait de plus en plus chaud : le soleil semblait s'approcher et nous brûler sans qu'une couche d'air s'interposât pour nous protéger. La température du sable était telle que mes pieds nus ne supportaient pas le contact du sol et que je dus passer des sandales, au grand amusement des Juheinas, dont la plante des pieds épaisse comme de la corne est à l'épreuve même de la braise. A mesure que l'après-midi passait, la lumière devenait moins vive, mais la chaleur ne cessait de croître pour devenir étouffante à un point qui me surprit."[...] pour lire la suite... je vous renvoie à l'ouvrage publié aux éditions Robert Laffont.
Je dédie ce passage aux "voyageurs solidaires" de la mission juin 2009 qui ont fait l'expérience de cette chaleur, de l'arrivée de l'orage; celle de l'été va encore au-delà, comme dit le poète "il fait si chaud, que les oiseaux explosent en vol".
En ce moment, en novembre, la température est clémente en journée, fraîche le soir et la nuit, bonne randonnée à ceux et celles qui y sont...

Tag(s) : #désert

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :