Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

On ne peut être au four et au moulin quand on participe aux invites pour la partie restauration.

Mqais quand même, ce soir, j'ai pu profiter d'un spectacle interpétré par la compagnie Les trois points de suspensions

 

A travers le personnage de Daniel Meynard, sorte de globe trotter qui permet de voir le monde sous un angle très spécial : carnet de voyage à travers l'hisoire et le temps en Afrique. On y revisite les politiques des uns et des autres qui jouent avec les peuples de ce continent comme des marionnettes tout en pillant ce grenier de l'Europe en train de devenir le grenier de la Chine. Je vous copie ci-dessous ce qu'en décrivait le programme des Invites, et vous aurez surement l'occasion de voir les iages de ce spectacle marathon dont je n'ai vu qu'un peu plus d'une heure.

Ne le manquez pas si vous le voye passer près de chez vous...

 

« Nié Qui Tamola ».

Réinventant la tradition des récits de voyage, Nié qui tamola (l’œil voyageur) est un road-movie théâtral, un spectacle-fleuve à visiter, sentir et écouter. Plongez dans les souvenirs de Daniel Meynard, de retour d’un voyage déroutant en Afrique : serrez la main d’un clandestin, actionnez la machine à couper la main au voleur, écoutez la mer en stéréo ou un one-man-show sur la Françafrique. Autant d’installations et de moments loufoques où la petite anecdote croise la grande Histoire, celle de la décolonisation et où se pose sans cesse la question du rapport à l’autre. Créé par un collectif de jeunes Franco-suisses, empreints des mirages d’une Europe aux frontières angoissées, Nié qui tamola fait émerger le portrait d’une génération désenchantée mais consciente des difficultés du rapport à l’étranger. De quoi mettre à l’épreuve le dicton : quand un sujet vous dérange, il est plus facile de l’ignorer que d’en rire.

Tag(s) : #culture

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :